Le sanctuaire royal Jongmyo

Jongmyo / 종묘

Description

Le sanctuaire Jongmyo et le plus ancien des sanctuaires royaux confucéens conservés jusqu’à ce jour. Il a été fondé par le premier roi de la dynastie Joseon.

Le sanctuaire abrite les tablettes mortuaire des rois et les rois et princes, après une soigneuse préparation, s’y rendait pour les cérémonies funéraires. Certaines cérémonies ont toujours lieu aujourd’hui. La musique des services funéraires, tenus les dimanches du mois de mai, est jouée par des instruments créés il y a plus de 500 ans.

Le chemin qui fait face à la porte principale est divisé en trois parties: celle du milieu pour les défunts et leurs âmes, celle de l’est pour le roi, celle de l’ouest pour le prince.

Ma visite

On arrive par une grande place, qui donne sur une avenue hyper passante, mais dès la porte passée, on arrive au calme. Il y a plusieurs bâtiments qui servent aux rituels et à « l’hébergement » des défunts rois.

L’allée principale est pavée, et elle est sensée être réservée pour les esprits, mais les gens ne sont pas très disciplinés.

Ensuite je suis allée dans un bâtiment avec des petits gars habillés en tenue traditionnelle qui avaient l’air de répéter pour quelque chose, mais il n’y avait absolument aucune explication, et personne pour parler anglais.

Il y a le bâtiment où l’on préparait la nourriture pour les rituels, les bâtiments de préparation du prince et du roi. Encore une fois, comme dans les palais, il n’y a aucun meubles. Alors quand on nous montre la salle de bain du roi, et qu’on ne voit qu’une pièce vide avec un sol sans rien, j’ai du mal à savoir exactement comment on prenait un bain à l’époque.

Et bien sûr, il y a aussi les deux grands bâtiments avec les tablettes des défunts. A la base il n’y en avait qu’un, et plus petit. Mais la dynastie a vraiment duré longtemps alors il a fallu agrandir sérieusement. 

Ce qui en fait deux bâtiments plutôt impressionnants.

Accès

Adresse: 157, Jong-ro, Jongno-gu, Seoul-si

Métro ligne 1, 3 ou 5, arrêt à la station Jongno 3-ga, sortie no. 11

Bus: Descendre à l’arrêt Jongno 4-ga ou l’arrêt Jongmyo
Bus normal 111
Bus bleu 201, 260, 262, 270, 271, 721, N15, N62
Bus direct 9301

Horaires et tarifs

De février à mai, de septembre à octobre 6h-18h
De juin à août 6h-18h30
De novembre à janvier 6h30-17h30

Fermé le mardi

1 000 ‎₩

Pass Royal Palace: 10 000 ‎₩

Entrée gratuite les derniers mercredis du mois et le samedi.

 

Please follow and like us:
error

Kushida Jinja – shintoisme et hommes culs nus

Kushida Jinja / 櫛田神社

Description

Le sanctuaire Kushida Jinja est dédié à trois dieux très important pour le shintoisme: Ohatanushi, Amaterasu et Susanoo. 

Un des événements les plus importants de la ville à lieu au sanctuaire, le Hakata Gion Yamakasa, une tradition vieille de 770 ans. Ce festival propose une course de chars à porteurs. Ces chars, haut jusqu’à une dizaine de mètres, pèsent plusieurs tonnes. Les porteurs s’entraînent toute l’année et se relaient fréquemment: les chars sont si lourds qu’on ne peut les porter que quelques secondes. Un des chars restent exposé au Kushida.

Dans la cour, il y a un ginko millénaire, aux pieds duquel se trouve la pierre Môko-ikari-ishi, une pierre datant de l’invasion mongole. Elle aurait servi d’ancre.

Il y a aussi une fontaine avec des hérons, dont on dit que l’eau apporte longévité si on la boit. 

D’autres festivals d’importance ont lieu dans ce sanctuaire, ce qui en fait un des plus populaires de la ville.

Ma visite

Quand on m’a dit que c’était le temple favori des habitants de la ville, je m’attendais à quelque chose d’immense et imposant mais c’est en fait assez intimiste. Je me demande à quoi cela peut ressembler lors du fameux festival.

Mais la vue du char et la fontaine m’ont vraiment charmée, et la comparaison du char et des toriis colorés avec le bâtiment principal plutôt sobre est charmante.

J’ai fait une visite plutôt courte, car à côté il y a un musée et je voulais y aller avant la fermeture, mais ce musée n’était pas si intéressant que ça, j’aurais dû passer plus de temps au sanctuaire.

Par contre, si vous voulez savoir à quoi ressemble la tenue traditionnelle des porteurs, j’ai acheté un verre avec une image dessus dans ce musée, je vous laisse admirer.

Accès

Adresse: 1-41 Kamikawabatamachi, Hakata-ku, Fukuoka, 812-0026

10min à pied de la station Gion

Horaires et tarifs

Ouvert de 4h à 22h, gratuit

Please follow and like us:
error

Dazaifu Tenmangu – Dieu faites que j’ai mon examen!

Dazaifu Tenmangu / 太宰府天満宮

Description

Il y a des centaines de Tenmangu au Japon, mais celui-ci, ainsi que le Kitano Tenmangu de Kyoto, est le plus important du pays.

Les sanctuaires Tenmangu sont dédiés à Sugawara Michizane, un érudit et politicien de la période Heian. Ses études extensives l’ont fait associé avec la divinité shinto Tenjin, deité de l’éducation et l’apprentissage. On y voit des étudiants faire acheter des talismans pour les examens.

Michizane était le rival du clan Fujiwara, le clan qui dominait alors la cours. A cause de cela, il a été exilé à Dazaifu. A sa mort, une vague de désastre à lieu, et la croyance se répand que c’est sa punition injuste qui pousse l’esprit de Michizane à exprimer sa colère.

Ainsi commence la tradition des Tenmangu, avec le premier, celui de Dazaifu, situé sur le lieu de sa tombe.

Dans l’enceinte du temple, il y a même le « prunier volant », qui aurait suivi Michizane de Kyoto à Dazaifu à son exil.

Tout proches, le Dazaifu Tenmangu Museum présente certain trésors du temple, et le Kanko Historical Museum raconte des épisodes de la vie de Michizane. A payer séparément.

Ma visite

Comme c’est hors de Fukuoka, j’y suis allée le dimanche pour profiter de la journée entière. Il faisait beau. J’étais pas toute seule.

Malgré cela, le sanctuaire est impressionnant, même si j’ai toujours du mal a appréhender mon environnement avec les foules. 

On commence par une statue de taureau, avec les gens qui font la queue pour se prendre en photo en train de la toucher. Ensuite on traverse deux ponts. On les apprécie mieux de loin: la traversée consiste à éviter de rentrer dans les gens devant qui s’arrêtent pour prendre des photos.

On arrive ensuite à une porte, décorée avec ces lanternes colorées magnifiques qu’on voit un peu partout au Japon et enfin la zone principale du temple. Avec le fameux prunier – un peu décevant à cette saison – et beaucoup, beaucoup de gens.

Bon, c’est dimanche, il fait beau, il y a des cérémonies, c’est normal, mais ça demande un peu de manœuvre pour aller où on veut. 

Comme c’est le « le temple de la connaissance », il y a beaucoup d’amulettes dédiées à la réussite scolaire. Mais le jour où j’y étais, il y avait surtout beaucoup de petits enfants et leurs parents. C’est pas encore la période des exams!

J’ai quand même décidé de faire la queue, pour une fois, pour avoir mon goshuin. Ici, le paiement est « comme on le sent », on glisse son argent dans une boite. Comme c’est dur de faire de la monnaie avec une boite à offrande, je me suis retrouvée à payer 500¥, parce que c’est la plus petite pièce que j’avais… J’aurais honnêtement donné moins, 300¥ comme partout ailleurs, si j’avais pu. Mais enfin, je commence à avoir un carnet bien rempli, je suis contente!

Accès

Adresse: 4 Chome-7-1 Saifu, Dazaifu, Fukuoka Prefecture 818-0117

5min à pied de la gare de Dazaifu

Horaires et tarifs

Ouvert toute l’année, de 6h30 à 19h, avec quelques variations suivant les saisons. Ouvert jusqu’à 20h30 le vendredi et samedi.

Gratuit

Please follow and like us:
error

Tocho-ji – temple, histoire et vie urbaine

Tocho-ji / 東長寺

Description

Le Tocho-ji n’a pas une surface gigantesque, mais il regorge de points d’intérêt.

Terminé au 9° siècle, ce temple est l’un des plus anciens temples de la secte bouddhique Shingon.

Il abrite en son sein la plus grande statue de bouddha assis du Japon: 10m pour 30T. Ce Bouddha est relativement récent, mais il impressionne tout autant que ses ancêtres.

Sa pagode à 5 étages, toute de rouge, contraste avec les autres bâtiments en bois.

On trouve aussi au Tocho-ji le cimetière des 2°, 3° et 8° seigneurs de Fukuoka, un Rokkakudo, qui abrite une bibliothèque de sutra.

Ma visite

Je suis arrivée un peu trop tard dans l’après-midi pour voir la statue du bouddha assis. Mais comme c’est à deux pas de mon dortoir, ce n’est peut-être que partie remise! Peut-être le jour ou le Rokkakudo est ouvert… Il faut que je me renseigne sur la date.

L’enceinte de ce temple est un vrai havre de paix, situé sur une grande avenue très passante et bruyante. Mais le bruit de fond ne doit pas nous empêcher de profiter!

Quand j’y suis allée, il n’y avait vraiment personne, je ne sais pas si c’est dû à l’heure ou autre chose, parce que c’est quand même un temple grand et connu. Notamment pour sa pagode. Et le fameux bouddha.

En fait, j’aime assez tout ces contrastes: calme intérieur, agitation de la rue, pagode rouge et or, temple en bois sombre.

Comme dans beaucoup d’endroits ici, il y a des détails à noter partout, des statues, des arbres taillés au millimètre. C’est à la fois très nature et très carré.

Le Tocho ji est en plus situé dans le « Hakata old town », on a donc droit à des panneaux indiquant les autres points d’intérêt dans le coin. Ce qui est rare dans cette ville.

Accès

Adresse: 2-4 Gokushomachi, Hakata Ward, Fukuoka, Fukuoka Prefecture 812-0037

Metro station Gion

Horaires et tarifs

9h-17h

Gratuit

Please follow and like us:
error

Hiroshimagokoku

Hiroshimagokoku / 広島護国神社

Description

Le sanctuaire Hiroshimagokoku est situé tout près du château d’Hiroshima. Les sanctuaire Gokoku sont des sanctuaires shinto dédiés à ceux qui sont tombés à la guerre. Il y en a plusieurs dans tout le pays.

C’est un sanctuaire très populaire auprès de la population locale. Des rites et célébrations sont tenus tout au long de l’année.

Ma visite

C’est un passage obligé quand on visite le château. Il est situé entre le Ninomaru et la tour principale.

Ce sanctuaire est plutôt grand, mais contrairement à d’autres, il ne consiste qu’en un bâtiment principal et une grande cour aux graviers ratissés. Pas de grand jardin donc, mais après tout, il est situé dans un parc. Et cela donne vraiment une impression de grandeur.

Il y a quand même des détails à voir, plusieurs statues notamment. De chaque côté des statues de carpes, symboles de chance et parfaitement raccord avec le château d’Hiroshima, le Château de la Carpe.

Effectivement, des cérémonies ont lieu, on entend même qu’on appelle des participants aux hauts-parleurs. On peut donc voir des enfants en kimono, des prêtres en grande tenues. Ou, en voulant voir la vue de la rivière, en train de faire leur pause clope derrière la bâtiment. De quoi désacraliser un peu.

Et comme je commence à en prendre l’habitude, je me fais faire mon goshuin, prêt le temps de finir mon tour.

Accès

Adresse: 21-2 Motomachi, Naka Ward, Hiroshima, Hiroshima Prefecture 730-0011

Horaires et tarifs

Toujours ouvert.

Please follow and like us:
error

Shi Tenno-ji – plus vieux temple bouddhiste du Japon

Shi Tenno-jo / 四天王寺

Description

Bâti  en 583 par le prince Shotoku, le Shi Tenno-ji est le premier temple commandé par le gouvernement, à une époque où le bouddhisme n’était pas encore répandu sur l’archipel. Cela en fait le plus vieux temple officiel du pays.

Bien sûr, comme beaucoup de bâtiments au Japon, il a été victime de guerre, d’incendie et de bombardement. Ce n’est donc plus la structure initiale, mais une reconstruction identique.

La majeure partie du complexe est d’accès gratuit, seule l’accès au temple principal et à la pagode coûte 300¥. Mais même sans payer, il reste un grand parc et de nombreux autre bâtiments à explorer. 

Ma visite

Je décide de faire comme les autres badauds: je fais un grand tour du parc, en prenant mon temps.  Il y a des choses à voir partout. Je crois que j’y passe près de 2h, de loin plus que mes autres visites de ce genre de lieu. Et encore, je ne visite pas le jardin payant.

C’est un endroit tranquille, pas trop fréquenté, mais plein de vie. Les gens viennent y prier, il y a plusieurs sanctuaires et bâtiments où ont lieu des cérémonies et des bénédictions. On peut pour la plupart y assister, et j’avoue que je ne connais pas bien cette religion, mais ça reste beau à voir.

Il y a aussi des cérémonie de commémoration pour les morts, celles-ci sont bien entendues privées.

Certains bâtiments sont flambants neufs, d’autres un peu décrépis, mais ces derniers valent la peine d’y rentrer: les statues et peintures à l’intérieur sont magnifiques.

On passe un petit étang rempli de tortue, on croise des statues, on tourne autour de cette magnifique pagode qui dépasse de loin, et qui vaut la peine d’être approchée lentement: chaque point de vue et chaque distance donne un aperçu différent. 

Ensuite, je traverse le petit marché de livre d’occasion en direction de l’enceinte intérieur. Mon œil est accroché par un album photo du début du 20° siècle: je ne peux pas vous montrer, mais on y voit les hommes en uniforme et la famille poser devant des temples. Comme quoi tout change mais tout reste pareil.

J’arrive enfin dans l’enceinte intérieur. Les grandes allées en pierre sont entourées par des carrés de gravier parfaitement ratissés. Je rentre dans un premier bâtiment.

Un moine fait son office: les gens écrivent leurs nom sur des feuilles de bambous, et il les béni. Encore une fois, ces statues dorées géante me font impression, mais il y a en plus ici des fresques murales très colorées qui sont magnifiques. 

Je ressors et profite de la vue de la pagode. Je me rend compte en cherchant des infos à posteriori que l’on peut apparemment monter, mais c’est tellement inhabituel que je n’ai même pas pensé à vérifier sur place.

Dans cette enceinte intérieure, il y a un troisième bâtiment. Ici, personne, si ce n’est deux statues géantes qui nous toisent.

En ressortant de l’enceinte, j’entends de la musique: il y a un joueur de tambour, une trompettiste, et une mascotte qui font procession et prennent des photos avec les enfants.
De quoi confirmer que cet endroit magnifique et pas trop fréquenté est très important pour la vie locale.

Une visite reposante, loin des foules qui errent ailleurs dans la ville.

Accès

Adresse: 1-11-8, Tennôji-ku, Osaka

Métro Tanimachi, station Shitennôji-mae yuhigaoka

Horaires et tarifs

8h30-16h d’Octobre à marse, 8h30-16h30 d’Avril à Septembre

L’enceinte est à 300¥. Il y a aussi un jardin, 300¥

 

Please follow and like us:
error

Kinkaku-ji -le Pavillon d’Or

Kinkaku-ji / 金閣寺

Son vrai nom est le Rokuon-ji / 鹿苑寺

Description

Le Kinkaku-ji est un temple Zen, dont la particularité flagrante est que les 2 étages supérieurs sont recouverts d’or.

C’était la villa de retraite du shogun Ashikaga Yoshimitsu, qui a souhaité qu’elle devienne un temple zen à sa mort. Le petit-fils de Yoshimitsu s’est inspiré du Kinkaku-ji pour sa propre villa, qui devint aussi un temple zen, le Ginkaku-ji.

Le bâtiment a été détruit plusieurs fois notamment 2 fois pendant la guerre d’Onin, une guerre civile qui a fait beaucoup de dégâts et une fois par un prêtre fanatique y ayant mis le feu en 1950. La structure actuelle date de 1955.

Continuer la lecture de « Kinkaku-ji -le Pavillon d’Or »

Please follow and like us:
error

Sanjusangendo – le temple aux 1001 Kannon

Sanjusangendo / 三十三間堂

Description

Le nom Sanjusangendo signifie le temple aux 33 intervalles (entre les piliers de l’extérieur), mais ce temple bouddhiste est surtout connu pour ses 1001 statues de Kannon, la déesse de la compassion. Seules 124 statues sont d’origines, les autres n’ont pas survécu aux incendies.

Ses statues dorées contrastent avec l’extérieur tout en longueur, très sobre.

Sa construction date de 1164, mais il a été détruit par un incendie, et reconstruit en 1266. Les fondations ont été faites sur couches d’argiles et de sables, mesures parasismiques qui a bien fonctionné, puisqu’il n’a jamais été reconstruit depuis.

Continuer la lecture de « Sanjusangendo – le temple aux 1001 Kannon »

Please follow and like us:
error

Gion et Yasaka Jinja – la tradition des geishas

Gion / 祇園

Description

Gion est un quartier de geisha. A vrai dire, ici on les appelle plutôt les geikos, et leurs apprenties les maikos.

C’est un quartier qui a gardé ses maisons en bois traditionnelles et rempli de magasins, de restaurants et d’ochayas, les maisons de thé, lieux de représentation des geikos. La disposition de ces maisons est en fait une forme d’évitement de taxe: celle-ci était basée sur le métrage de la façade de devant, les maisons sont donc étroites mais très longues.

On peut donc flâner dans les rues, passer devant les bâtiments traditionnels, les temples et le long du canal.

Continuer la lecture de « Gion et Yasaka Jinja – la tradition des geishas »

Please follow and like us:
error

Eikando – Zenrin-ji

Eikando / 永観堂

Zenrin-ji / 禅林寺

Description

Le temple s’appele à l’origine le Zenrin-ji. Il appartient d’abord à la secte Shingon, puis change d’orientation au 13°siècle, pour être de la secte  Jodo.

Son nom de Eikando vient d’une sorte d’anecdote. Au 11° siècle, le populaire moine Eikan, chef du temple, passe devant une statue de Amida Bouddha, qui lui parle et lui dit de le suivre. Bouddha commence à avancer, mais Eikan, estomaqué, ne fait pas un pas. Amida Bouddha a alors tourné la tête et lui a dit quelque chose dans le gout de « je t’attends ». 

Continuer la lecture de « Eikando – Zenrin-ji »

Please follow and like us:
error