Un peu de culture d’Hakata

Je vous écris dans un état intense de fatigue: j’ai du mal à me remettre de mon week-end en Corée. J’ai même pas eu le temps d’écrire un mot dessus, c’est dire. Ce soir. Ou plus sûrement demain…

Mais j’ai quand même décidé de faire quelque chose de mon après-midi: il fait beau, il fait chaud (enfin, beaucoup plus chaud qu’en Corée déjà), il faut en profiter.

Petit point culture: Hakata était auparavant une ville indépendante. Elle a fusionné avec Fukuoka en 1889. Mais elle a quand même gardé un esprit « hakata-esque », une culture locale, des spécialités locales, etc. 

Je suis donc partie en direction du sanctuaire Kushida, le sanctuaire le plus apprécié d’Hakata.

Mais avant, comme sur la route passe par le Tocho-ji, dont je vous avais parlé, j’en ai profité pour enfin voir cette statue géante de Bouddha. Et en plus, le Rokkakudo était ouvert.

Concernant le sanctuaire Kushida, je suis arrivée par l’entrée arrière, qui est un peu moins grandiose, forcément.

 

 

Mais on arrive directement devant un des chars à porteurs utilisé pendant le festival Hakata Gion Yamakasa. Une partie des rites de ce festival ont lieu au Kushida Jinja, mais surtout, c’est une course avec ces chars géants. Et les porteurs ont un tenue traditionnelle particulièrement sexy…

Ensuite, il y a ce qu’il y a dans un sanctuaire classique, des toriis, des bâtiments annexes, …

 

 

Avec tout de même cette superbe fontaine aux hérons.

Juste en face de ce sanctuaire, il y a le Hakata Machiya Folk Museum, mais qui n’est pas franchement indispensable. Le musée en lui même est tout petit, peu d’anglais. Il y a une partie concernant le dialecte de Hakata mais il faut parler japonais pour en profiter. On a bien quelques vidéos du Yamakasa et des reconstitution , mais…

Les démonstrations sont plus intéressantes, mais j’ai la fâcheuse habitude d’arriver sur la fin, donc je n’ai pas pu bien en profiter.

Et voilà donc la tenue des porteurs de chars

Par contre, le magasin de souvenir vend plein d’objet d’artisanat, des poupées d’hakata, des objets en tissu, des objets en lien avec le Yamakasa. Je m’en suis donnée à cœur joie.

Sinon, pour finir sur une note très terre à terre, j’ai fait du shopping.

Vendredi, j’ai « journée sportive » avec mon école, mais comme je suis arrivée après eux je ne participerais pas aux sports. Ce qui ne me déplaît pas forcément… Par contre je n’ai rien contre regarder les gens faire du sport. 

Sauf qu’une école japonaise sans règles superflues, ce serait un peu dépaysant, et je dois quand même venir en tenue de sport. Mais leggings et shorts interdits. Et je n’ai pas de pantalon de sport. 

J’ai donc bravé ma phobie des magasins de vêtements japonais, et acheté un jogging et un jean. Permettez-moi d’être fière de moi: j’ai trouvé la taille et tout quoi!

 

Please follow and like us:
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *