Europe. Jour 7: Alligators et corsaires à St Malo

Aujourd’hui, on a deux thèmes différents: alligator bay, un parc à reptiles, et une visite de St Malo. On commence par se lever tranquille et aller petit-déjeuner chez notre hôte: ici c’est la ferme, alors on croise oies, coq et chevaux. Le monsieur élève et entraîne des chevaux. 

Le petit-dèj est sympa: on est assis en face d’un autre couple, on partage nos expériences du coin.

Alligator Bay

Sur la route du Mont Saint Michel, il y a Alligator Bay. On va y passer la matinée: les serres et enclos sont grands, et on prend notre temps. En plus, il n’y a personne: un bonheur.

Il y a même un point rencontre: on peut s’approcher très près d’énormes tortues, qui peuvent aller et venir. Si elles ne veulent pas voir d’humain, elles peuvent s’en aller. Mais apparemment on ne les gêne pas trop: il y en a même une qui m’a clairement signifié de me pousser de son chemin.

On s’est régalés, c’est bien fait et assez spacieux pour les animaux.

 

 

 

St Malo: bateau corsaire et superbes vues

On finit Alligator Bay vers midi, et décide d’aller à St Malo pour manger et visiter.

La ville est très jolie, avec ses remparts et ses vieux bâtiments. On se gare près d’un superbe bateau sur le port: on ira le visiter après. Il est 13h et non seulement le bateau est fermé jusqu’a 14h, mais aussi, je meure de faim.

On se dirige derrière les remparts et on se trouve une crêperie. J’y ai mangé la plus grosse crêpe de ma vie: je n’ai pas pu la finir. 

Ensuite, on fait un tour dans le centre ville: Mathieu veut de nouvelles chaussures. C’est donc ainsi que je me suis acheté une paire de Dr Martens, et lui rien…

Après, on monte sur les remparts, et la vue est magnifique. La marée est basse, les plages sont donc immenses. Il y a des gens qui se baignent et Mathieu décide de les suivre. Moi , je n’ai pas de maillot, et de toute façon, quand il me dit que l’eau est « fraîche », je me dis que j’y mettrai pas un orteil.

 

Petit stop à la voiture pour se changer, et à l’abordage!

L’étoile du Roy est un ancien bateau corsaire (pas pirate, attention!). Il a été tout retapé et modernisé. Il est donc parfaitement fonctionnel, et magnifique.

Il y a même des marins qui changent les voiles. 

La visite est rapide, il y a bien des petits panneaux explicatifs partout, c’est très intéressant. Je confirme que je n’aurai pas voulu être marin à l’époque: je ne sais pas ce qui est pire entre les châtiments, la discipline, la nourriture, les faibles rations d’eau ou tout simplement le fait que l’eau pourrisse au bout de 3 semaines, et de boire donc du jus de vers…

 

 

 

 

 

 

 

 

Europe. Jour 5: Brocéliande

Après une nuit dans le camping de Paimpont, nous nous apprêtons à explorer la forêt de Brocéliande.

Bilan de la journée:  130km en voiture et 9,74km à pied.

Paimpont: la Porte des Secrets

Hier soir (avant de faire tomber le téléphone dans les toilettes donc), j’ai réservé des billets pour la porte des secrets. C’est une animation d’environ 3/4 d’heure, une heure, pour nous présenter la forêt et quelques uns de ses mythes. 

On suit le garde forestier, garde de père en fils, qui nous présente son métier, ses amis de la forêt et l’histoire du lieu. Je trouve que les salles et les animation sont jolies et bien faites. Il y a plein de petits détails partout, j’ai beaucoup aimé. 

C’est situé dans l’office du tourisme de Paimpont, on en profite donc pour demander des renseignements sur les balades en forêt de Brocéliande. Bon ok, et acheter mon premier livre du voyage. Mais un livre de contes de la forêt, obligée!

Il y a une abbaye, dont on peut visiter l’église. J’y suis allée pendant que Mathieu s’est mangé une galette saucisse. ( Mathieu: la spécialité locale ! vive la Bretagne libre ! )

On peut aussi faire le tour de l’étang, mais nous avons préféré voir des endroits plus liés « légendes ».

Le Val sans retour

On prend un peu la voiture pour aller faire un tour dans le Val sans retour. Ici, on peut voir l’arbre d’Or, l’étang du miroir aux fées et le trône de Merlin. Il y a une balade de 2km, une de 4km, et nous on fait un mix des deux. Dans le village, il y a aussi l’église du Saint Graal, mais, hum, on l’a oubliée.

La plupart des lieux « mythiques » sont en fait des particularités géologiques, et si on ne nous montre pas clairement à quoi cela ressemble sur une carte, on peut facilement passer à côté.

Mais bon, la forêt est belle, la balade facile et il n’y a pas trop de monde, c’est bien sympa.

Le château de Comper

Dernier stop de Brocéliande pour nous, le château de Comper et son centre de l’imaginaire arthurien. Il y a bien d’autres choses à voir mais il commence à faire moche, je me sens pas bien donc je veux éviter la randonnée et on a (toujours) de la route.

Honnêtement, pour moi, à cet instant, le point fort du château ç’a été sa crêperie. On peut visiter le parc, mais comme je l’ai dit, le temps n’étais pas au top, donc on ne l’a pas fait.

On a en revanche visité l’expo. Mais…. Même si je suis plutôt fascinée par les légendes, les mythes, et tout ce qui est contes là, l’expo ne m’a pas passionnée. Déjà, je n’ai rien appris de bien nouveau, mais surtout, à l’entrée, on nous vend une visite avec « film, animations » et que sais-je. 

Mais en fait, on se retrouve avec des salles remplies de panneaux pleins d’écritures, c’est long à lire, assez académique, et peu pratiques quand il y a du monde (pas notre cas donc, en raison des mesures covid). Les scènes sont en fait des mannequins, à mon avis pas tout récents, et les films et audios sont assez monotones.

J’en attendais tellement, je suis déçue.

A nous le Mont Saint-Michel

Après le château, on part pour le Mont Saint-Michel. Enfin, Mathieu fait la route, moi, je comate presque. 

On se prend un hôtel, puis on pars au resto. On sera frais et dispo pour visiter tout ça demain.

Je vous illustre mieux les articles d’aujourd’hui et du Puy du Fou plus tard, maintenant, il est tard!

 

 

Europe. Jour 3 et 4: Puy du Fou

La rédaction s’excuse du délai de publication mais elle a été confrontée a de légers soucis techniques (à savoir, j’ai fait tomber mon téléphone dans les toilettes, voilà, il fallait attendre qu’il sèche dans du riz.)

On a mis le réveil ce premier matin au Puy du Fou: le but c’est d’en faire un maximum aujourd’hui, comme ça on finit le parc tôt demain aprèm et on prend le route.

Résultats : 1km en voiture. Mais attention, 20,3km à pied.

Le soir on rentre à notre clairière à 23h et on s’endort bien fatigués.

Le lendemain, on arrive plus tôt, sauf que c’est samedi :  blindé de monde. Mais il ne nous reste que 3 spectacles à faire. Alors on se dit qu’on va quand même profiter, et on arrive à se réserver une place pour le repas animé du midi. 

Résultats jour 4: un peu plus de 10km à pieds et 217km

Des points forts

J’étais déjà venue mais pfiou… Petite quoi. Et il y a plus de spectacles qu’avant. Et attention, quels spectacles !

On a adoré le dernier panache. C’est une grand salle de cinéma/théâtre et j’entends déjà Mathieu « vas y elle m’emmène voir quoi? Du théâtre ?!? ». Mais en fait la salle est circulaire et tourne autour des spectateurs. On alterne entre images projetées et scènes jouées par des vrais gens, dans des décors wow (et qui tournent avec la salle). 

Le déjeuner spectacle était très bien: la nourriture plutôt bonne, le spectacle drôle, l’un dans l’autre, ça vaut le coup. Les serveurs sont aussi danseurs, et je les félicite.

Les mystères de la Pérouse sont pas mal aussi. On marche dans un couloir, qui figure l’intérieur de la Boussole (le bateau de la Pérouse donc), et on suit son histoire. Il y a aussi des acteurs de temps en temps et c’est super bien fait. 

Mathieu : Encore !! L’attraction se fait comme si on était dans un bateau ! c’est vraiment très bien fait !! 

Le spectacle du soir (même si on aurait préféré la cinescenie…) est aussi très beau, avec des jeux de lumières, de feu et d’eau sur fond de musique classique.

Ah, et aussi tout le monde joue le jeux du masque, même dans les allées où il n’est que « fortement conseillé ».

Et des points discutables

Venez pas me dire que le Puy du Fou c’est pas fait par des catho royalistes!

J’avais peut-être pas capté étant petite mais là :

– on résiste à l’invasion viking parce qu’un saint apparaît à l’envahisseur qui se convertit instantanément

– le type survit aux jeux du cirque parce qu’il a la FOI vous savez

– la renaissance du château est une excuse pour présenter l’anneau de Jeanne d’Arc et de demander des sous pour lui construire un reliquaire

– Clovis renie Wotan et POF Victoire (animation par ailleurs très bien faite, sur le même principe que le Pérouse).

Je pense que j’en ai oublié mais voilà, on voit l’idée. C’est trop, ça me déplaît fortement.

Sinon niveau spectacles en eux même on aurait pu se passer des amoureux de Verdun. Pareil, dans un long couloir, on suit l’histoire d’un soldat dans les tranchées. Joie, crie de liesse… Toux due au gaz, infirmerie aléatoire, ambiance.

Et globalement, on mange bien (et souvent, avec Mathieu) mais les prix vont de relativement cher à très cher.

Mais le summum du mauvais point! La déception et la haine : la cinescenie.

Le spectacle que j’ai acheté il y a presque 8 mois. Que j’ai payé plus cher pour être bien placés.

Annulé.

Mais attention ! Pas pour tout le monde. Juste ceux qui ont pas de bol. Nous compris donc. Et on est pas les seuls. Et pas tout le monde a été prévenu, donc il y a beaucoup, beaucoup de mécontents. Surtout qu’on a pas encore reçu le remboursement.

En route vers la forêt de Brocéliande

On prend la route à 16h, part là, pour aller à Paimpont. On a prévu d’aller dans un camping : l’eau courante nous manque.

 

Europe. Jour 2: Marais poitevins et Niort: on commence à sortir du temps

Kms en voiture: 74

Les Marais Poitevins

On a plutôt bien dormi dans la voiture, et on s’est tranquillement réveillés à 9h. On a même vu des écureuils se courir après dans les arbres en face de notre lit. On avait pensé à acheter des croissants la veille au soir, on se fait donc notre petit déj, en se faisant chauffer de l’eau pour notre thé et café avec notre super petit réchaud.

Ensuite, c’est l’heure de la balade en barque. On nous donne un petit plan, et on part sans guide pour faire un petit tour du marais.

Ne l’écoutez pas, Mathieu a absolument tenu a ramer tout seul sans mon aide tout le long. J’ai proposé de l’aider! Mais il n’a pas voulu.
Le marais est très beau, et d’un calme exceptionnel: il n’y a plus grand monde, on a rapidement croisé deux autres barques mais on les a laissés nous dépasser.

On a vu des vaches. Par contre, désolée Fred, mais pas un âne à l’horizon!

A midi, c’est l’heure de rendre la barque et de se déplacer un peu: direction Niort pour faire 2 courses et visiter le donjon.

On prévit de s’acheter de quoi faire pique nique en route, mais finalement, Mathieu aperçoit un McDo. Sauf qu’on se rate de sortie au rond point, alors finalement, ce sera buffet à volonté asiatique. Et franchement, ça valait le coup, on a bien fait de se laisser tenter.

Le Donjon de Niort

A Niort, on visite donc le donjon. C’est assez vite fait, mais ça reste intéressant: on découvre l’histoire de la région, les différents usages du donjon. Et on a une superbe vue de la terrasse d’une des tours.

 

Enfin, on se rapproche du Puy du Fou pour demain. Et on se trouve une super clairière pour passer la nuit au calme.

 

Après un petit repas, on s’installe pour la nuit. Petit exploit, on s’en sort pour faire la bouffe et la vaisselle avec moins de 2,5L.

Le mot de Mathieu

Les paysages sont très joli mais c’est plat! On prend plaisir à rouler dans la région.

 

 

 

 

Europe. Jour 1: de la route et de la route

De la route donc

Ce matin, comme l’a dit ma mère, on est tombés du lit: réveillés à 5h15. On en a profité pour petit déjeuner et partir à la fraîche. Encore dans la nuit.

.

Bilan de la journée

844km en 7h29 de route

5 cafés (au moins) pour Mathieu

D’innombrables pauses pipi et bouffe.

1h de pause sieste.

 

Et nous voilà arrivés dans le marais poitevin, à l’embarcadère Cardinaud. On ne saurait être plus proche pour notre balade en barque demain matin.

Une installation mouvementée

On a une appli qui nous dit où on peut dormir en voiture/van/camping car. Et il se trouve que l’embarcadère a un parking pour pouvoir dormir, si justement on utilise leurs services. Vu que c’est notre cas, on a voulu en profiter. On demande le tampon à l’embarcadère, la dame nous le fait volontiers et on s’installe. 

Après une deuxième sieste, un petit monsieur en vélo vient nous dire que c’est interdit aux voitures. On lui explique tout et on lui dit « allons voir le bureau pour régler ça ». 

Mathieu, un peu fatigué et énervé est à deux doigts de partir, mais le monsieur est en fait très sympa: il est juste refroidi parce que les derniers qui étaient en voiture avaient ch*** dans son parking. Et il n’était pas très chaud pour nettoyer. On lui jure que nous, on est pas des porcs et il nous laisse rester. Il nous explique même où manger car le resto de l’embarcadère est fermé le soir.

Nous voilà donc installés à l’ombre, tranquilles, au plus proche du Marais.

Vue du lit

 

Après, rien de fou: on a fait un tour du village, on a fait repas crêpes et on va se regarder un film et s’endormir devant, comme de juste.

Le mot de Mathieu

ZzzzzZzz

Mathieu n’est pas disponible pour le moment. 

 

article fait du téléphone. Je verrais comment ça rend plus tard, si jamais y’a des soucis d’affichage. Mais l’ordi sert de fond sonore au sommeil de mon chauffeur d’élite.