Europe. Jour 11 et 12: tout les aspects de la culture d’Amsterdam

La dernière fois, je vous ai laissés pour aller boire un coup. Résultats : couchés à 4h30, le lendemain, rideaux.

Red light district

Mais il faut dire que ce n’est pas de notre faute : l’hostel est dans le red light district. Le quartier nocturne de la ville. 

Alors, nous avons fort peu de photos : entre coffee shop pour fumer, les smart shop pour les hallucinogènes et les prostituées dans les vitrines, les photos sont interdites.

On a fait le tour du quartier. A un moment, Mathieu est parti seul pour acheter des cigarettes : il a été un peu surpris que des femmes toquent à la vitre pour l’interpeller.

Mais l’ambiance est vraiment bonne: pas des gros lourds, pas de bagarre. Les bars où on fument ne vendent pas d’alcool et inversement. On croise, et même en journée, quelques personnes bien bien stones mais globalement tout se passe à merveille.

Même de la chambre, juste au dessus du bar, on n’est pas gênés. 

On rentre dans le quartier et on en sort sans presque sans rendre compte : le coeur d’Amsterdam n’est pas grand, et il y en a pour tout le monde : shopping, musées, curiosités, fête.

Et de la nourriture, bonne, pas trop chère, partout. Le moindre snack est excellent. (Et oui, beaucoup de resto japonais).

Le musée national maritime

Donc, après cette journée off, il est temps de reprendre un peu nos explorations. 

Ah, j’allais oublier, d’abord, on bouge la voiture de place. On va finalement rester un jour de plus dans la ville et passé 4 jours, le tarif du parking redevient horaire.

On va donc pour payer, et là, je me sens mal: comment ça, ça affiche 160€?!?

Je lis un peu autour, et en fait il faut aussi biper sa carte de transport pour avoir le tarif P+R. Et ça redescend bien à 4€. Je me sens mieux.

Ensuite, direction le musée maritime : on a vu de loin un gros et joli bateau.

Bon, en fait, on arrive trop tard pour le visiter, mais on va quand même faire le musée.

Les musées ici sont un peu chers quand même. Mais ils sont très bien fait. Ici, on a même droit à l’audioguide en français. 

Ils nous prêtent aussi un stick pour s’en servir sur les panneaux tactiles, comme ça pas de problème avec le corona!

 Il y a une salle avec plein de maquettes de bateaux, et un écran dont on peut se servir comme d’un scanner, qui nous explique les caractéristiques de chacun. Vraiment bien.

La journée passe vite, on marche pas mal. Comme ça, on découvre mieux l’atmosphère de la ville. On commence même à ne plus avoir besoin de GPS pour se repérer.

P.S: j’ai rajouté des photos du bateau de St Malo et du Rijksmuseum

Une réponse sur “Europe. Jour 11 et 12: tout les aspects de la culture d’Amsterdam”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *